Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : TORRENTS D'AMOUR
  • : Torrents d'Amour coulant du coeur du Père en Jésus-Christ, la Parole faite chair qui a donné sa vie sur la Croix pour nous sauver de nos péchés. Il revient bientôt chercher son Epouse, l'Eglise, purifiée, sanctifiée, mise à part pour son Bien-Aimé.
  • Contact

WebRadio Maranatha77

ECOUTEZ VOTRE WEBRADIO MARANATHA77 de 9h à 23h TOUS LES JOURS SUR LE SITE

WWW.MARANATHA77.COM

Recherche

PREPARONS-NOUS, JESUS REVIENT BIENTÔT

N'AIMEZ POINT LE MONDE, NI LES CHOSES QUI SONT DANS LE MONDE. SI QUELQU'UN AIME LE MONDE, L'AMOUR DU PERE N'EST POINT EN LUI; CAR TOUT CE QUI EST DANS LE MONDE, LA CONVOITISE DE LA CHAIR, LA CONVOITISE DES YEUX, ET L'ORGUEIL DE LA VIE, NE VIENT POINT DU PERE, MAIS VIENT DU MONDE. ET LE MONDE PASSE, ET SA CONVOITISE AUSSI; MAIS CELUI QUI FAIT LA VOLONTE DE DIEU DEMEURE ETERNELLEMENT. 1 Jean 2:15-17.

6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 11:03

Quand j’étais encore un jeune prédicateur, je ne pensais pas vraiment à la guerre spirituelle. Je pensais que quiconque marchait dans la victoire ne pouvait pas avoir de problème avec le diable. Pour moi, il s’agissait simplement de lui résister. Mais j'ai rapidement rencontré un lion rugissant qui bondissait avec toute sa puissance sur mes faiblesses, et j’étais incapable de me battre avec lui.

 

Trop souvent, j’ai vu le diable faire la même chose avec d’autres chrétiens sincères. Je connais une multitude de serviteurs de Dieu, des gens purs de cœurs, qui marchent dans la grâce, submergés par les flots démoniaques de la confusion et du désespoir.

 

De tels chrétiens peuvent travailler de façon assidue pour le Seigneur depuis des années. Alors soudain, un jour, Satan injecte des pensées accusatrices dans leur esprit. Du jour au lendemain, ils sont assaillis par d’affreux problèmes, des tentations impensables, la convoitise, la dépression. Leurs combats sont si profonds, étranges et mystérieux que ces saints n’ont aucune idée d’où ils peuvent venir.

 

Je crois qu’il n’y a qu’une seule explication. Leurs problèmes viennent d'un assaut démoniaque. Jour après jour, j’ai vu ceci arriver à des chrétiens qui ont grandi à pas de géant. Au plus haut de leur croissance spirituelle, Satan a mis une ancienne séduction sur leur chemin. Cela peut être une ancienne convoitise, quelque chose qu’ils pensaient avoir vaincu depuis des années. Mais maintenant, après des années de marche dans la victoire, ils sont sur la corde raide, au bord du gouffre qui pourrait les mener de nouveau vers un terrible esclavage.

 

J’ai expérimenté ce déluge. Et des multitudes de croyants sont pris dedans à l’heure actuelle. Ils sont inondés par les persécutions, les attaques physiques, la fatigue mentale, d’ardentes tentations venant de l’enfer, des amis qui deviennent des ennemis. Satan y a mis tous ses efforts, il conduit son assaut des derniers temps pour nous pousser au désespoir.

 

Comment résister au pouvoir de Satan ? Jean nous donne une réponse dans Apocalypse 12 : « Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage » (verset 11). Quand tu entends le lion rugir, quand le déluge vient et te submerge, cours simplement vers le saint des saints. Par la foi, entre dans la présence de Dieu qui est sur Son trône, car l’Agneau a préparé un chemin pour toi, par Son sang.

 

« Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire, de sa chair » (Hébreux 10 : 19-20).

 

par David Wilkerson

 

Source : http://davidwilkersoninfrench.blogspot.fr/

 

Quand tu entends le lion rugir, quand le déluge vient et te submerge, cours simplement vers le Saint des saints. Par la foi, entre dans la présence de Dieu qui est sur Son trône, car l’Agneau a préparé un chemin pour toi, par Son sang.

Quand tu entends le lion rugir, quand le déluge vient et te submerge, cours simplement vers le Saint des saints. Par la foi, entre dans la présence de Dieu qui est sur Son trône, car l’Agneau a préparé un chemin pour toi, par Son sang.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 10:37
La vie d’ Amy Carmichael 
par In Touch Ministries 

La vie d’Amy Carmichael est un modèle de consécration désintéressée au Sauveur, d’une vie de discipulat et d’abandon. Elle vécut pour une seule raison, et cette raison était de faire connaître l’amour de Dieu à ceux qui étaient emprisonnés dans les plus profondes ténèbres. Elle naquit au Nord de l’Irlande en 1867 et était l’aînée d’une famille de sept enfants. La mort prématurée de son père lorsqu’elle avait huit ans eut un profond effet sur elle, l’amenant à penser sérieusement à son avenir et au plan de Dieu pour sa vie.

 

Des années avant qu’elle devînt missionnaire, Dieu lui donna un aperçu du travail qu’elle aurait un jour. Son premier chuchotement survint un dimanche matin d’hiver tandis que la famille revenait à la maison après le culte à l’église. Amy et ses frères observaient fixement une vieille dame qui portait un lourd paquet. Elle écrit qu’elle ressentait une terrible et écrasante envie de l’aider mais aussi un sentiment d’embarras. "Cela signifiait faire face à toutes les gens respectables qui, comme nous, étaient sur le chemin du retour. Ce fut un moment affreux. Nous étions seulement deux garçons et une fille, et pas du tout des chrétiens exaltés. Nous détestions faire cela. Nous étions tout rouges de colère (du moins nous nous sentions rouges de colère, âme et corps)  et nous continuâmes à marcher péniblement, un vent humide soufflait autour de nous et souffletait aussi les haillons de cette pauvre vieille dame, jusqu’à ce qu’elle ressemblât à un paquet de plumes et que nous nous trouvions confus au milieu de tout cela."

 

Comme ils passaient devant une magnifique fontaine victorienne, elle entendit les paroles de 1 Corinthiens 3:12-14 dans son esprit : "Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu'est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu'un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. " Elle se retourna pour voir qui était là, mais il n’y avait personne – il n’y avait que le bruit de l’eau de la fontaine et le rire de quelques passants. Avant ce moment-là, Amy Carmichael admettait qu’elle se préoccupait de sa vie sociale. Cependant, maintenant il apparaissait que Dieu l’appelait à "construire certaines choses avec Lui. " 

 

La Main de Dieu

En septembre 1886, la famille Carmichael se rendit à Glasgow en Angleterre pour assister à une conférence à Keswick, dans le district de Lake. Ce fut là qu’Amy Carmichael sentit la main de Dieu sur sa vie.

 

Le but de la conférence était de promouvoir la sainteté ou la " vie chrétienne plus élevée. " Amy écrit : " La salle était remplie d’une sorte de brume grise, très sombre et froide. J’étais venue à cette réunion, à moitié craintive et à moitié animée d’un certain espoir. Allait-il y avoir quelque chose pour moi ?… Le brouillard dans la salle semblait me heurter de son humidité. Mon âme était dans un brouillard. Le président de la session se leva alors pour la prière finale… " Ô Seigneur, nous savons que Tu es capable de nous garder de la chute.’ Ces paroles me trouvèrent. C’était comme si elles étaient de feu. Et elles brillèrent pour moi. "

 

Amy Carmichael réalisa que rien ne pouvait être plus important que de vivre sa vie pour Jésus-Christ qui, sans aucune possession terrestre, avait donné Sa vie même pour elle. Elle savait qu’Il l’appelait à en faire de même et à lui donner tout d’elle-même. Cela signifiait qu’elle devait " mourir au monde et à ses applaudissements, à ses habitudes, ses modes et ses lois. "

 

En 1895, elle fut envoyée par l’Eglise d’Angleterre Zenana Missionary Society à Dohnavur, en Inde, où elle servit Dieu pendant 56 années comme une servante consacrée. La majeure partie de son travail là-bas consistait à secourir des enfants qui avaient été consacrés par leurs familles aux prostituées du temple. Amy Carmichael se rappelait souvent l’image de la vieille dame portant seule son lourd paquet. Elle réalisa que Dieu lui avait donné un amour pour ceux qui dans le monde étaient jugés indignes d’amour. C’était le débordement de cet amour que Dieu utilisa pour démarrer la Communauté Dohnavur en Inde qui devint un endroit sûr et un refuge pour les enfants du temple.

 

Plus d’un millier d’enfants furent sauvés de la négligence et des abus durant la vie d’Amy. A leurs yeux, elle était connue sous le nom d’ " Amma ", ce qui signifie mère en langue Tamoul. Le monde était souvent dangereux et rempli de stress. Toutefois, elle n’oublia jamais la promesse de Dieu de " les garder en toutes choses. "

 

" Il y avait des jours où le ciel devenait noir pour moi à cause de ce que j’avais entendu et ce que je savais être vrai… Quelquefois, c’était comme si je voyais le Seigneur Jésus-Christ s’agenouiller seul, tout comme Il s’était agenouillé il y a longtemps sous les oliviers… Et la seule chose que celui qui se mettait en souci pouvait faire, c’était d’aller tout doucement s’agenouiller à Ses côtés, afin qu’Il ne fût pas seul dans Sa douleur pour les petits enfants. "

 

Elle était un écrivain prolifique avec 35 livres publiés sous son compte. Dès son enfance, Amy avait manifesté ses talents d’écrivain. Cependant, après un tragique accident en 1931, elle passa la majorité de son temps confinée dans le complexe de la Communauté Dohnavur.

 

Obéissance, engagement total, et désintéressement furent les caractéristiques de la vie d’Amy Carmichael. Dans un monde où la pensée de vivre sa vie pour Jésus-Christ par dessus toutes autres choses s’évanouit rapidement, elle demeure un exemple lumineux et toujours brillant de celle dont l’unique existence était consacrée à son Seigneur et Sauveur bien aimé.

 

Il se peut que Dieu vous emmène ou non, comme Il l’a fait avec Amy Carmichael, dans quelque pays lointain. Néanmoins, Il a sûrement un plan pour votre vie – celui de vous utiliser comme Sa lumière d’espérance éternelle et de pardon aux autres. Demandez-Lui de rendre Sa volonté parfaitement claire. Les récompenses de Dieu ne sont pas basées sur des exploits humains ou le succès financier. Elles sont accordées, bien plutôt, à ceux qui " construisent certaines choses avec Lui " et se consacrent à Christ à travers une vie d’obéissance et de piété désintéressée.

 

Source: Portrait of Great Christians – IN TOUCH MINISTRIES

 

Source : http://sentinellenehemie.free.fr

Obéissance, engagement total, et désintéressement furent les caractéristiques de la vie d’Amy Carmichael. Dans un monde où la pensée de vivre sa vie pour Jésus-Christ par dessus toutes autres choses s’évanouit rapidement, elle demeure un exemple lumineux et toujours brillant de celle dont l’unique existence était consacrée à son Seigneur et Sauveur bien aimé.

Obéissance, engagement total, et désintéressement furent les caractéristiques de la vie d’Amy Carmichael. Dans un monde où la pensée de vivre sa vie pour Jésus-Christ par dessus toutes autres choses s’évanouit rapidement, elle demeure un exemple lumineux et toujours brillant de celle dont l’unique existence était consacrée à son Seigneur et Sauveur bien aimé.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 10:19

Par Samuel Logan Brengle

Il y avait une loi en vigueur parmi les Israélites qui stipulait qu'en raison d'une pauvreté extrême, d'une dette ou d'un crime, un homme pouvait devenir l'esclave d'un autre, mais ne pouvait pas être gardé dans cet état d'esclavage au-delà d'une certaine durée : au bout d'une période de six années, il devait être autorisé à partir libre (Exode 21:1-6; Deutéronome 15:12-17). Mais s'il aimait son maître et préférait rester avec lui comme esclave, alors le maître, en présence des juges, devait placer l'homme contre une porte ou un montant de porte, et lui poinçonner l'oreille, et ce signe devait constituer la preuve qu'il était l'esclave de son maître pour toujours. Ce n'était pas de l'esclavage forcé ou imposé par la loi mais un esclavage volontaire et joyeusement vécu par amour.

 

Et c'était là l'attitude volontaire de Paul, Pierre et Jacques. Jésus les avait gagnés par l'Amour. Ils s'étaient assis aux pieds du Grand Serviteur plein d'Amour, qui vint non pour être servi mais pour servir, pour prendre soin des autres, pour donner Sa vie en rançon de tous. Ils L'avaient vu se donner aux pauvres, aux personnes fatiguées et lasses, à ceux qui étaient excessivement accablées, aux gens exécrables, aux pécheurs et aux ingrats. Ils L'avaient vu "blessé à cause de nos transgressions,… brisé pour nos iniquités", châtié pour nous donner la paix, et frappé pour que nous soyons guéris et Son grand amour avait vaincu et brisé leur cœur; par conséquent, ils furent Ses esclaves liés à Lui, qui n'étaient plus libres d'aller et de venir comme il leur plaisait mais uniquement quand Il le voulait, car les chaînes de l'amour les tenaient, et la passion brûlante de l'amour les contraignait. De tels lien et service devinrent pour eux la plus parfaite liberté. Leur seule joie était de faire les choses qui Lui étaient agréables. Libérés pour faire cela, leur liberté devenait complète, car n'est libre que celui qui est rendu capable de toujours faire ce qui Lui est agréable.

 

L'esclave par amour n'a pas de plaisir qui égale celui de servir son maître. C'est sa joie et sa "couronne de réjouissance" même. L'esclave par amour est entièrement au service de son maître. Ses yeux sont entièrement pour son maître. Il veille. Il est tout ouïe pour son maître. Il écoute. Son esprit est disposé. Ses mains sont prêtes. Ses pieds sont prompts à s'asseoir aux pieds de son maître pour contempler son visage béni, pour écouter sa voix et saisir ses paroles; pour aller faire ses commissions; pour exécuter ses ordres; pour partager ses privations et ses chagrins; pour veiller à sa porte; pour défendre son honneur; pour louer son nom, pour défendre sa personne; pour chercher et promouvoir ses intérêts; et, si nécessaire, pour mourir par amour pour lui; ceci fait la joie de l'esclave par amour; et cela, il le compte comme relevant de sa parfaite liberté.

 

Un bel individu noir fut placé sur une plate-forme d'esclaves dans un marché d'esclaves égyptiens. Son maître le vendait. Des hommes se le disputait aux enchères. Un Anglais qui passait par là s'arrêta, regarda, écouta et commença à renchérir. L'esclave le vit et sut que l'Anglais était un voyageur qui parcourait le monde. Il pensa que si l'Anglais l'acquérrait, il serait transporté hors d'Egypte, loin de ses amis et de ceux qu'il aimait, et qu'il ne les reverrait plus jamais. Alors il maudit l'Anglais, délira et proféra des jurons et tira d'un coup sec sur sa chaîne en vue de l'atteindre et de l'écorcher. Mais l'Anglais, restant insensible, finit par surenchérir plus que tous les autres, et l'esclave lui fut vendu. Il paya le prix, reçut les papiers et fit de l'esclave sa propriété, et ensuite les tendit à l'homme noir. "Prends ces papiers, tu es libre" lui dit-il, "je t'ai acquis afin de te donner la liberté."

 

L'esclave regarda son libérateur et ses délires cessèrent. Des larmes coulèrent de ses yeux pendant que, tombant aux pieds de l'Anglais et baisant ses genoux, il criait: "Oh monsieur, laissez-moi être votre esclave pour toujours. Emmenez-moi jusqu'aux extrémités de la terre. Laissez-moi vous servir jusqu'à la mort." L'amour avait conquis son cœur, et maintenant l'amour le contraignait et il sentait qu'aucune joie ne pourrait égaler celle de servir un tel maître.

 

"Mon joug est facile est Mon fardeau léger" a dit Jésus. Et voici ce que sont Son joug facile et Son fardeau léger. Son joug est le joug de l'amour, et il est facile. L'amour le rend facile. Son fardeau est le fardeau de l'amour, et il est léger. L'amour le rend léger. Pour le pécheur, le joug paraît intolérable, le fardeau paraît insupportable. Mais pour ceux qui sont rentrés dans le secret du Maître, Son joug est le badge de la liberté, et Son fardeau donne des ailes à l'âme. C'est là la sainteté. C'est la plénitude de la consécration et de la dévotion. C'est l'œil qui a une visée unique. C'est l'amour parfait qui bannit la crainte. L'esclave par amour ne craint pas le maître, car il se réjouit dans la volonté du maître. "Non pas ma volonté, mais que la tienne soit faite." "Même s'il me tue, je lui ferai tout de même confiance" dit l'esclave par amour. Il ne peut y avoir de crainte lorsqu'il y a un tel amour. C'est là la pureté de cœur accomplie par une puissance expulsive d'une affection et d'une finalité nouvelles et entièrement souveraines. Le péché et l'égoïsme sont consumés sur les feux vifs de ce grand amour. Alléluia! C'est là la religion rendue facile. Il s'agit de la venue du Royaume de Dieu et de l'accomplissement de Sa volonté sur terre comme au ciel. Car que peuvent faire de plus les anges que servir Dieu avec le désintéressement et cet amour passionné?

 

L'esclave par amour est doux et patient et bienveillant envers tous les enfants de la maison et tous les autres esclaves par amour pour son maître. Ne sont-ils pas chers et précieux au maître? Alors ils sont aussi chers et précieux à ses yeux en raison de son amour pour le maître. Et il est prêt à renoncer à sa vie pour les servir comme s'il servait le maître. Tel était l'état de cœur de Paul quand il écrivait : "Oui, si je sers de libation pour le service de votre foi, je me réjouis et me réjouirais encore avec vous tous" (Philippiens 2:17). Et de façon similaire était l'état d'esprit de la belle reine Esther quand, dans la plus haute forme de consécration, pour le salut de son peuple, elle envoya dire à Mardochée : "Va, rassemble tous les Juifs qui se trouvent à Suse, et jeûnez pour moi, sans manger ni boire pendant trois jours, ni la nuit ni le jour. Moi aussi, je jeûnerai de même avec mes servantes, puis j’entrerai chez le roi, malgré la loi; et si je dois périr, je périrai." (Esther 4:16) Cet esclave par amour ne fait pas cas de sa vie comme si elle était précieuse à ses propres yeux (Actes 20:24). Il appartient à son maître.

 

Les intérêts de son maître sont ses intérêts. Il n'en a pas d'autres. Il n'en désire pas d'autres. Il n'en aura pas d'autres. Il ne peut pas être soudoyé par de l'or ou les honneurs. Il préfèrerait plutôt souffrir et mourir de faim pour son maître que de festoyer à la table d'un autre. Comme Ruth, il dit : "Ruth répondit: Ne me presse pas de te laisser, de retourner loin de toi! Où tu iras j’irai, où tu demeureras je demeurerai; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu; où tu mourras je mourrai, et j’y serai enterrée. Que l’Eternel me traite dans toute sa rigueur, si autre chose que la mort vient à me séparer de toi!" (Ruth 1:16-17)

 

Si vous me demandiez : "Comment vais-je rentrer dans cette douce et agréable mais si puissante servitude de l'amour?", je vous répondrais: "Par votre propre choix et par la révélation de Lui que Dieu donnera à votre âme." Si votre amour pour Lui aujourd'hui est une chose très pauvre et sans puissance, c'est parce que vous ne Le connaissez pas; vous ne vous êtes pas assez approché pour voir Sa beauté. Aux yeux des hommes de ce monde, Il n'a pas de beauté, car ils n'ont pas cherché à Le voir. Qu'Il se montre à vous et vous tomberez amoureux de Lui. Saint Paul a vu Sa gloire et en a été aveuglé. Les autres apôtres avaient vécu avec Lui et marché à Ses côtés. Ils L'aimaient parce qu'ils Le connaissaient si bien. En raison de cela, ils purent prendre la grande décision. Comme Moïse, ils préférèrent "subir l'opprobre du peuple de Dieu que d'avoir pour un temps la jouissance du péché, regardant l'opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l'Egypte."

 

AINSI DONC VOUS DEVEZ CHOISIR! Le choix doit être total et il doit être définitif.

 

Ainsi, comme un esclave lié par l'amour, vous devez vous attendre au Maître. S'Il garde silence vis-à-vis de vous, veillez. Quand Il vous parle, écoutez. Ce qu'Il vous dit, faites-le. Sa volonté est rapportée dans Sa Parole. Sondez les Ecritures. Méditez-la jour et nuit. Cachez Sa Parole dans votre cœur. Ne soyez pas oublieux, prenez le temps de rechercher Sa face. Songez un peu à un esclave trop occupé pour attendre son maître, pour découvrir ses désirs ! Prenez du temps, trouvez du temps, créez du temps pour rechercher le Seigneur, et Il sera passionné de vous. Il Se révèlera à votre âme soupirante et pleine d'amour, et vous connaîtrez les douces astreintes de la servitude qu'est l'amour.

 

Référence: Love Slaves, Samuel L. Brengle

Source: The Watchword

Source : http://sentinellenehemie.free.fr

 

Ainsi, comme un esclave lié par l'amour, vous devez vous attendre au Maître. S'Il garde silence vis-à-vis de vous, veillez. Quand Il vous parle, écoutez. Ce qu'Il vous dit, faites-le. Sa volonté est rapportée dans Sa Parole. Sondez les Ecritures. Méditez-la jour et nuit. Cachez Sa Parole dans votre cœur. Ne soyez pas oublieux, prenez le temps de rechercher Sa face. Songez un peu à un esclave trop occupé pour attendre son maître, pour découvrir ses désirs ! Prenez du temps, trouvez du temps, créez du temps pour rechercher le Seigneur, et Il sera passionné de vous.

Ainsi, comme un esclave lié par l'amour, vous devez vous attendre au Maître. S'Il garde silence vis-à-vis de vous, veillez. Quand Il vous parle, écoutez. Ce qu'Il vous dit, faites-le. Sa volonté est rapportée dans Sa Parole. Sondez les Ecritures. Méditez-la jour et nuit. Cachez Sa Parole dans votre cœur. Ne soyez pas oublieux, prenez le temps de rechercher Sa face. Songez un peu à un esclave trop occupé pour attendre son maître, pour découvrir ses désirs ! Prenez du temps, trouvez du temps, créez du temps pour rechercher le Seigneur, et Il sera passionné de vous.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 13:05

Dans Luc 5:16, il est dit "Mais Jésus se retirait dans les déserts et priait." Est-ce que ceci est une réalité dans votre propre vie? Source: http://illbehonest.com

Partager cet article
Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 23:42

Ce que les hommes de Dieu en ont dit

 

 

« Quand un pasteur a conduit une église aussi loin que lui permettait sa propre expérience dans les choses spirituelles, il s’arrête là; jusqu’à ce que son expérience se soit approfondie, qu’il se soit reconverti, que son cœur ait été brisé de nouveau, et qu’il ait fait de nouveaux pas dans la vie divine et dans l’expérience chrétienne, il ne pourra plus être un instrument pour faire progresser ses paroissiens. Il peut prêcher la saine doctrine, car un pasteur inconverti peut en faire autant. Mais, après tout, sa prédication manquera de cet aiguillon qui s’attaque aux consciences, de cette portée pratique et de cette onction qui seules peuvent satisfaire un chrétien spirituel. »

Charles FINNEY

 

 

« La prédication qui tue peut être, (et souvent même est), orthodoxe dogmatiquement, inviolablement orthodoxe (conforme à la vérité). Dans le système chrétien, onction veut dire être revêtu du Saint Esprit; c’est la préparation d’une personne pour l’œuvre de Dieu. L’onction est la capacité divine par laquelle le prédicateur atteint le but particulier et salutaire de la prédication. Sans cette onction, il n’y a pas de véritables résultats spirituels.

Les résultats et la puissance de la prédication ne peuvent s’élever au-delà des résultats d’une parole non sanctifiée. Sans l’onction du Saint Esprit, l’Evangile n’a pas plus de puissance pour se propager que n’importe quel autre système de vérité. C’est le sceau de sa divinité. L’onction dans le prédicateur met Dieu dans l’Evangile. »

Charles SPURGEON

 

 

« Peu importe le degré de leur sincérité, les ministres sans discernement sont sûrs d’errer… Leurs conclusions sont inévitablement fausses, parce que leurs raisonnements sont mécaniques et sans inspiration. Ce sont de misérables conseillers, des docteurs sans valeur. »

A.-W. TOZER

 

 

«Ce dont l’église a besoin aujourd’hui n’est pas plus ou de meilleures «mécaniques », non plus que de nouvelles organisations, ou plus et de nouvelles méthodes;

mais ce dont elle a besoin aujourd’hui, ce sont des hommes dont l’Esprit de Dieu puisse se servir, des hommes de prière, des hommes puissants dans la prière.

L’Esprit ne se répand pas au travers des « méthodes », mais au travers des hommes.

Il ne vient pas sur des organisations, mais sur des hommes.

Il n’oint pas des plans, mais des hommes, des hommes de prière.

Les prédicateurs ne doivent pas être des faiseurs de sermons, mais des faiseurs d’hommes ; et celui-là seul est compétent pour un tel travail qui est lui-même devenu d’abord un homme et un saint. »

E.M. BOUNDS

 

Source : www.lesarment.com

 

 

L’Esprit ne se répand pas au travers des « méthodes », mais au travers des hommes.  Il ne vient pas sur des organisations, mais sur des hommes.  Il n’oint pas des plans, mais des hommes, des hommes de prière.

L’Esprit ne se répand pas au travers des « méthodes », mais au travers des hommes. Il ne vient pas sur des organisations, mais sur des hommes. Il n’oint pas des plans, mais des hommes, des hommes de prière.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 14:47

Vous vous focalisez totalement sur votre vie spirituelle pour savoir si ou non vous vous sentez bien. Et si oui ou non vous sentez la réalité, et si oui ou non vous vous sentez fort. Et vous êtes comme Pierre. Il sort du bateau et aussi longtemps qu'il a les yeux sur Jésus, tout va bien. Mais quand il détourne son regard de Christ, il commence à couler. Et c'est ce qui arrive inévitablement.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 16:32

En tant qu’enfant de Dieu pardonné par grâce, le Seigneur attend de moi que je pardonne à mon tour à tous ceux qui m’ont offensé, comme Lui m’a pardonné. Si je ne le fais pas, ma relation avec Dieu sera coupée et cela me rendra absolument incapable de le servir.

 

Jésus, à maintes occasions, insiste sur la nécessité de pardonner comme lui l’a fait pour nous. Dans la prière dominicale, il nous dit :

« Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. »(Matt 6 :9-15)

 

Le pardon transforme nos prières, nos relations avec les autres ; notre foi grandit. Le pardon transforme aussi les autres. Mais refuser ou négliger de pardonner aux autres nous paralyse et nous empêche de servir Dieu. Où faut-il donc commencer à pardonner ?

 

Notre mission de pardonner aux autres commencera dans la famille. La semence de l’amertume, du ressentiment et même la haine sont insidieusement semés dans notre cœur, dès notre plus tendre enfance et plus nous grandissons, plus l’amertume s’accumule en nous, si nous ne réglons pas ce grave problème.

 

Le mari doit apprendre à pardonner à sa femme et la femme à son mari. Sans l’esprit de pardon, il est impossible de vivre ensemble. Que de foyers seraient sauvés, si les époux avaient appris à se pardonner. Le pardon est la respiration du couple et si nous voulons servir le Seigneur, il est vital pour nous d’appliquer ce principe dans notre vie personnelle comme dans celle de notre foyer.

 

Nous êtres humains imparfaits et maladroits arrivons toujours à nous blesser mutuellement ; nous aurons toujours à nous pardonner quelque méfait, quelque mauvaise parole, quelque mauvaise attitude….

 

Avoir raison, et quand même demander pardon. Faire nous, la première démarche, c’est là notre rôle d’épouse. La femme doit aider son mari ; si le mari est le premier qui devrait le faire, comme chef du foyer, l’épouse a sa responsabilité en tant que son aide (Genèse 2 :18). Elle ne doit pas condamner son mari, mais l’aider, le secourir, le compléter. Son mari a besoin d’elle, de son soutien, de son aide, de son encouragement pour pardonner.

 

Si votre mari a de la peine à demander pardon, n’attendez pas qu’il le fasse, mais agissez la première. Vous l’aiderez et le libèrerez ; vous serez une grande bénédiction pour lui.

 

L’esprit de pardon mutuel affermira votre amour l’un pour l’autre. Plus vous vous pardonnerez, plus vous vous aimerez. Votre foyer en sera transformé et ce sera une grande bénédiction pour les enfants, un témoignage pour le monde.

 

Nous les parents avons aussi la responsabilité de pardonner à nos enfants. Le pardon seul gardera notre famille unie. Sachons reconnaître nos fautes à nos enfants et leur pardonner les leur.

Un enfant sera toujours prêt à pardonner à sa maman ou à son papa ses mauvaises paroles ou ses mauvais actes, lorsqu’elle les reconnaît. Ne laissons pas les années passer et envenimer nos relations avec nos enfants.

 

Chères épouses chrétiennes et chères mamans, le Seigneur vous a confié le ministère de la réconciliation. Pardonnez à votre mari et ne rejetez pas vos enfants rebelles. Pardonnez-leur. Disciplinez-les avec amour dans un esprit de pardon.

 

Le manque de pardon ruine votre relation avec Dieu, votre vie de prière et votre vie de famille. Il empoisonne même votre église et surtout paralyse votre service pour Dieu.

 

Pardonner n’est pas un luxe, mais une nécessité absolue, si vous voulez vous épanouir en Christ et mener une vie chrétienne victorieuse. Si vous désirez avoir une vie bénie et efficace, savoir pardonner sera indispensable pour vous ! Nourrir l’amertume est un frein majeur, quel que soit la tâche ou le ministère que le Seigneur vous a confié !

 

L’esprit de pardon brise les cœurs les plus durs, en commençant par le vôtre ! Reconnaissez que vous avez tort d’en vouloir à telle ou telle personne. Remettez-lui, ses dettes envers vous, comme Jésus l’a fait.

 

Rejetez toute amertume, tout non pardon qui pourrait vous rendre malade physiquement. Le non-pardon peut vous conduire jusqu’à la haine, si vous ne le réglez pas. Avoir de la haine contre une personne peut même ouvrir la porte au diable et vous mener jusqu’à la possession démoniaque, dans le pire des cas. Le non-pardon n’est pas inoffensif ; en un mot, il détruit une personne. Il peut littéralement vous détruire, vous faire mourir !

 

Comment pardonner :

1. __ pardonnez en oubliant : quelle mauvaise habitude de se rappeler ce qu’il faudrait oublier

2. __ pardonnez immédiatement, avant que le mal ne s’aggrave.

3. __ pardonnez continuellement 70x7x comme Dieu le fait pour chacun d’entre nous.

4. __ pardonnez définitivement, ne plus revenir sur ce qui a été pardonné. 

5. __ pardonnez en priant pour ceux et celles qui nous ont offensés.

 

Des relations rompues sont-elles venues assombrir votre existence ? Le meilleur remède reste le pardon qui vous libèrera instantanément et vous rendra désormais capable de servir Dieu.

 

Source : www.compassion-france.com

 
Pardonner n’est pas un luxe, mais une nécessité absolue, si vous voulez vous épanouir en Christ et mener une vie chrétienne victorieuse.

Pardonner n’est pas un luxe, mais une nécessité absolue, si vous voulez vous épanouir en Christ et mener une vie chrétienne victorieuse.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 12:24

EN CETTE NOUVELLE ANNEE 2015, LE SOUHAIT POUR CHACUN DE NOUS :

 

"QUE LE SEIGNEUR JESUS-CHRIST SOIT LE TOUT ET LA VRAIE RAISON D'ETRE ET DE VIVRE."

 

TRES BONNE ANNEE EN CHRIST SEUL,

VOTRE SOEUR JOY

Qu'est-ce qui serait le plus important dans votre christianisme?

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 11:28

Beaucoup confondent l’amour de la vérité avec la traque de l’erreur et la condamnation du mensonge.

 

Adopter une posture qui sanctionne tout ce qui est faux ou approximatif est à la portée de tout le monde. Il suffit de connaître la Bible, d’absorber le fruit de la connaissance du bien et du mal, et n’importe qui peut s’asseoir au siège du jugement. C’est presque une question de mécanique. Wesley disait que le diable connaît parfaitement la vérité, mais qu’il ne l’aime pas. Il peut invoquer tous les versets imaginables mais lui-même s’en tient éloigné. Notre christianisme doit impérativement dépasser cette dimension.

 

L’amour de la Vérité est un fardeau. On entend dire parfois que la Vérité est une personne, et que cette personne est Christ : celui qui aime la vérité ne serait donc pas celui qui maîtrise un concept, mais qui s’inscrit dans une relation personnelle et vivante, dans laquelle on ne permet pas à ses propres pensées d’aller au-delà de ce qui est écrit. On ne devrait pas se battre pour la vérité, mais pour Christ. C’est la ligne directrice qui parcourt l’ensemble du livre des Actes des apôtres.

 

Certains chrétiens manient la vérité comme une faux. La Vérité ne se manie pas, elle n’est pas un instrument à notre service, mais c’est nous qui sommes l’instrument de Christ. Et pour devenir un instrument fidèle, il nous faudra venir à une soumission librement consentie — souvent par le chemin du brisement de la volonté propre — afin que la chair ne vienne pas empiéter dans le service, et ne se crée son propre ministère de la justice.

 

C’est Christ que nous sommes appelés à manifester, pas la vérité. C’est Christ que nous avons vocation d’incarner en premier, pas la Justice ou la puissance, comme les ouvriers d’iniquité en découvriront l’amère dimension[1]. Connaître la vérité est une chose, mais la Bible démontre que connaître Christ est un appel plus élevé. Parce que connaître Christ, c’est non seulement être en contact avec la Vérité, mais également avec la Grâce, et la Justice. La vraie Justice.

 

Nous voyons dans les lettres aux églises de l’Apocalypse que l’aboutissement des choses, c’est d’être un vainqueur … mais de quoi ? C’est Christ qui a tout surmonté et tout vaincu. Peut-être l’appel à être vainqueur est-il cet état où nous déployons notre zèle et notre énergie pour nous approprier Christ, de saisir Christ, de demeurer en Christ, dans sa vie, toute la dimension de la vérité, pour vivre toutes choses avec, par Lui et pour Lui. C’est le contraire de la religion, qui consiste à amener, à faire descendre Dieu dans l’humain, pour élever ce dernier à la hauteur du divin : c’est le péché de la divinisation de la créature, qu’on retrouve dans la chute de satan[2]. Telle est la finalité que le Saint-Esprit ne permettra pas : Il ne donnera pas sa gloire à un autre que Christ. C’est lui qui est l’oméga, et non ma personne, fut-elle remplie de l’Esprit. Le temple n’est pas plus grand que Celui à qui il est dédié.

 

Le véritable amour de la Vérité consiste à aimer que cette vérité développe ses effets en nous-mêmes. Afin que la vérité s’installe – s’inscrive – dans l’homme intérieur[3]. Parfois la vérité a des exigences auxquelles nous savons ne pouvoir satisfaire : elle va trop loin, descend trop profond, projette une lumière trop pure. C’est que nous sommes entrés dans la dimension divine de l’œuvre de sanctification, à un niveau où nous ne pouvons rien accomplir, sinon de dire « Viens, Seigneur Jésus », prends cette place que je t’abandonne, que ton règne vienne dans toute ma vie, sois souverain sur toutes choses, le Seigneur de ma liberté.

Il est nécessaire d’entrer dans ces réalités douloureuses, coûteuses, et que la lumière soit partout chez elle en nous.

 

Personne en effet ne pourra combattre le mensonge (des autres) s’il n’est pas au clair sur le sien, sa propre capacité de se mentir à soi-même, sa propre corruption. Personne ne peut dénoncer les illusions des autres si les siennes ne lui sont pas apparues dans toute leur vanité. Personne ne peut véritablement contester contre le péché des autres s’il n’est passé par le brisement à cause du sien propre. C’est sans doute la raison pour laquelle on trouve beaucoup d’enseignants, mais peu de la présence de la puissance de l’Esprit de Vérité, Celui qui était avec Jean et qui amenait les foules à la repentance.

 

Qui connaît la véritable nature du cœur humain, et sa déchéance absolue et définitive ? Son besoin de Christ (et donc de salut) à chaque instant ? Qui connaît la corruption de la chair, l’irrecevabilité des œuvres mortes ? Qui, enfin, est entré dans la révélation que sa propre personne ne vaut pas mieux qu’une autre, n’est élevée au-dessus de quiconque ?

 

C’est celui-là qui sera qualifié par le Saint-Esprit pour entrer dans le combat pour l’amour de la Vérité.

 

Jérôme Prekel www.lesarment.com

 

On ne devrait pas se battre pour la vérité, mais pour Christ. C’est la ligne directrice qui parcourt l’ensemble du livre des Actes des apôtres.

On ne devrait pas se battre pour la vérité, mais pour Christ. C’est la ligne directrice qui parcourt l’ensemble du livre des Actes des apôtres.

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 12:17

Écrit par Daniel Kolenda

 

Vous passez peut-être par des temps difficiles dans votre vie. Vous vous sentez peut-être spirituellement desséché et seul. Vous avez peut-être l’impression que vos prières ne sont pas entendues et vous vous demandez même si Dieu sait qui vous êtes. Vous n’êtes pas seul. Des millions de croyants ont traversé ces eaux troublées et ont expérimenté les mêmes émotions. Les gens qualifient souvent de désert de tels moments.

 

Le désert est un lieu difficile à vivre qui est aussi crucial pour nos vies que douloureux. Bien qu’un passage dans le désert ait l’air terriblement mauvais et que la solitude et le désespoir semblent y régner, Dieu est avec vous et Il désire utiliser le désert pour votre bien éternel. Néanmoins, pour bénéficier de ses fruits, il vous faut comprendre sa nature et son objectif.

 

Je vais me pencher sur quelques stratégies que des experts de la survie donnent à ceux qui sont enlisés dans le désert. Comme vous le constaterez, les secrets pour survivre dans un désert physique ont des parallèles frappants avec ceux d’un désert spirituel.

 

Ce qu’il faut absolument comprendre est que même si tout semble incontrôlable autour de vous, en tant qu’enfant de Dieu, rien ne pourra en fin de compte nuire à votre vie sans être sous le contrôle de Dieu. Tout dans votre vie se passe sous le regard attentif du Père qui « filtre tout ». Il vous aime profondément et avec tendresse. Il a le regard sur vous, et ne permettra pas que quelque chose vous sépare de Lui.

 

Pour celui ou celle qui a échoué dans le désert, il est absolument primordial de trouver immédiatement un abri.

 

Le plus grand danger est d’être exposé aux rudes éléments du désert. La température du corps doit absolument rester stable pour pouvoir supporter ces extrêmes. L’exposition directe à la lumière du soleil et l’extrême chaleur produisent un coup de chaleur, la pluie et le froid l’hypothermie. Un bon abri offrira l’ombre ou la chaleur nécessaire pour garder la température du corps aussi stable que possible.

 

Ce conseil d’expert est également un miroir pour ce qui se passe spirituellement. Prêtez attention à l’une des promesses que Dieu donna à Israël pendant son voyage dans le désert : « Car tout ce qui est glorieux sera mis à couvert. Il y aura un abri pour donner de l’ombre contre la chaleur du jour, pour servir de refuge et d’asile contre l’orage et la pluie » (Esaïe 4:5-6). Ceux qui se trouvent dans un désert spirituel doivent s’emparer de cette promesse, et chercher immédiatement Dieu qui est le refuge dans le désert et qui les protègera de la rudesse de cet environnement.

 

La tentation est d’assimiler le « désert » avec l’absence de Dieu. Mais rien n’est moins vrai que cela. Les terres arides manquent de beaucoup de confort mais jamais de la présence de Dieu ! Un enfant de Dieu n’est jamais séparé de Lui. Au contraire, la présence de Dieu est notre refuge dans le désert bien plus que jamais. N’oubliez pas qu’une de nos ressources clé dans le désert est la consolation du Saint-Esprit. Dieu est toujours avec nous, et dans la solitude du désert, nous pouvons connaître Sa présence dans des dimensions nouvelles et plus grandes.

 

Cette vérité est une réponse à la prière de Moïse dans le désert, des siècles en arrière. « Si tu ne marches pas toi-même avec nous, ne nous fais point partir d’ici » (Exode 33:15). Dieu lui assura : « Je marcherai moi-même avec toi, et je te donnerai du repos » (Exode 33:14). La chose unique qu’Israël possédait était la relation précieuse avec son Dieu unique, puissant et plein d’amour. Ils n’étaient pas seuls dans le désert. Dieu était avec eux, et Dieu est avec vous – vraiment avec vous.

 

Il est absolument nécessaire pour un enfant de Dieu de faire de Lui son refuge dans le désert, de courir vers Lui et de demeurer en Lui. Ainsi, Dieu deviendra l’endroit où nous trouvons un abri. Voyez ce moment dans le désert comme une opportunité de découvrir Dieu comme votre refuge et votre force, d’une toute nouvelle manière. Cherchez Sa protection dans Sa présence par la prière et l’adoration. Il vous protègera des forces impitoyables de la nature du désert spirituel.

 

Pensez à cela. Quand Dieu a-t-Il pour la première fois promis qu’Il habiterait avec Son peuple ? Et quand a-t-Il établi Sa présence parmi eux ? Quand a-t-Il donné des instructions spécifiques en vue de la construction de Son tabernacle au milieu de leur camp ? Dans le désert ! C’est à cet endroit-là qu’Il introduisit pour la première fois Sa présence personnelle et permanente avec Israël. Jusqu’à aujourd’hui, les Juifs célèbrent la fête des tabernacles, une fête en mémoire de ce temps où ils vécurent dans des tentes dans le désert et où Dieu habitait Lui-même dans une tente parmi eux. Le désert n’est pas l’endroit où Dieu est absent. C’est l’endroit où Il révèle Sa présence d’une nouvelle manière.

 

C’est dans le désert que Dieu est plus que jamais parmi Son peuple

 

Dieu est bien plus que jamais avec nous lorsque nous passons au travers de déserts spirituels. Beaucoup de gens témoignent que durant les moments les plus difficiles de leur vie, la présence de Dieu était plus intense que d’habitude dans leur âme. Vous les entendrez souvent dire des choses comme : « La grâce de Dieu était si réelle pour moi », ou « Même si c’était douloureux, je n’échangerais pour rien au monde cette expérience ». Au milieu de la douleur et de la souffrance, ils apprirent à connaître la présence de Jésus plus intimement et L’expérimentèrent avec plus de puissance.

 

Vous pouvez également L’expérimenter ainsi. Mais il faut faire de Lui votre refuge dans le désert. Qu’importe votre découragement, relevez-vous et prenez la décision de Le chercher. Laissez-vous envelopper de Son amour et de Sa vérité. Laissez Dieu devenir votre abri en passant du temps dans Sa présence. Faites de Sa fidélité votre bouclier et votre refuge (Psaumes 91:4). Sachez que vous êtes caché au plus profond d’une forteresse divine où les forces de la nature ne peuvent pénétrer. « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi … Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires … Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Eternel jusqu’à la fin de mes jours » (Psaumes 23:4-6).

 

Pour les enfants de Dieu dans le désert, cette « volonté de vivre » ne se réfère pas simplement à un désir de survivre mais à une détermination sérieuse de croire Dieu. Lors de sécheresse spirituelle, vous devez prendre la résolution - parfois envers et contre toutes circonstances, toutes émotions, et même tout conseil d’amis – que Dieu est réel. Il est bon. Il est fidèle et vous arriverez à aller de l’autre côté avec Lui. Ne laissez pas l’ennemi ou les circonstances définir qui est Dieu pour vous.

 

Refusez de vous permettre de croire quoique ce soit d’autre que la Parole de Dieu. Prenez la résolution que David prit dans un désert spirituel : « Mon cœur est affermi, ô Dieu ! Mon cœur est affermi » (Psaumes 57:7).

 

Avec l’aide du Seigneur, vous viendrez non seulement à bout de toute phase de désert dans votre vie mais vous en sortirez affermi.

 

Source : www.bonnke.net

 

Le désert est un lieu difficile à vivre qui est aussi crucial pour nos vies que douloureux. Bien qu’un passage dans le désert ait l’air terriblement mauvais et que la solitude et le désespoir semblent y régner, Dieu est avec vous et Il désire utiliser le désert pour votre bien éternel.

Le désert est un lieu difficile à vivre qui est aussi crucial pour nos vies que douloureux. Bien qu’un passage dans le désert ait l’air terriblement mauvais et que la solitude et le désespoir semblent y régner, Dieu est avec vous et Il désire utiliser le désert pour votre bien éternel.

Partager cet article
Repost0