Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : TORRENTS D'AMOUR
  • : Torrents d'Amour coulant du coeur du Père en Jésus-Christ, la Parole faite chair qui a donné sa vie sur la Croix pour nous sauver de nos péchés. Il revient bientôt chercher son Epouse, l'Eglise, purifiée, sanctifiée, mise à part pour son Bien-Aimé.
  • Contact

WebRadio Maranatha77

ECOUTEZ VOTRE WEBRADIO MARANATHA77 de 9h à 23h TOUS LES JOURS SUR LE SITE

WWW.MARANATHA77.COM

Recherche

PREPARONS-NOUS, JESUS REVIENT BIENTÔT

N'AIMEZ POINT LE MONDE, NI LES CHOSES QUI SONT DANS LE MONDE. SI QUELQU'UN AIME LE MONDE, L'AMOUR DU PERE N'EST POINT EN LUI; CAR TOUT CE QUI EST DANS LE MONDE, LA CONVOITISE DE LA CHAIR, LA CONVOITISE DES YEUX, ET L'ORGUEIL DE LA VIE, NE VIENT POINT DU PERE, MAIS VIENT DU MONDE. ET LE MONDE PASSE, ET SA CONVOITISE AUSSI; MAIS CELUI QUI FAIT LA VOLONTE DE DIEU DEMEURE ETERNELLEMENT. 1 Jean 2:15-17.

5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 11:15

Marcher dans la Présence et la Puissance de Dieu toute la journée.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 08:54

Quand j’étais encore un jeune prédicateur, je ne pensais pas vraiment à la guerre spirituelle. Je pensais que quiconque marchait dans la victoire ne pouvait pas avoir de problème avec le diable. Pour moi, il s’agissait simplement de lui résister. Mais j'ai rapidement rencontré un lion rugissant qui bondissait avec toute sa puissance sur mes faiblesses, et j’étais incapable de me battre avec lui.

Trop souvent, j’ai vu le diable faire la même chose avec d’autres chrétiens sincères. Je connais une multitude de serviteurs de Dieu, des gens purs de cœurs, qui marchent dans la grâce, submergés par les flots démoniaques de la confusion et du désespoir.

De tels chrétiens peuvent travailler de façon assidue pour le Seigneur depuis des années. Alors soudain, un jour, Satan injecte des pensées accusatrices dans leur esprit. Du jour au lendemain, ils sont assaillis par d’affreux problèmes, des tentations impensables, la convoitise, la dépression. Leurs combats sont si profonds, étranges et mystérieux que ces saints n’ont aucune idée d’où ils peuvent venir.

Je crois qu’il n’y a qu’une seule explication. Leurs problèmes viennent d'un assaut démoniaque. Jour après jour, j’ai vu ceci arriver à des chrétiens qui ont grandi à pas de géant. Au plus haut de leur croissance spirituelle, Satan a mis une ancienne séduction sur leur chemin. Cela peut être une ancienne convoitise, quelque chose qu’ils pensaient avoir vaincu depuis des années. Mais maintenant, après des années de marche dans la victoire, ils sont sur la corde raide, au bord du gouffre qui pourrait les mener de nouveau vers un terrible esclavage.

J’ai expérimenté ce déluge. Et des multitudes de croyants sont pris dedans à l’heure actuelle. Ils sont inondés par les persécutions, les attaques physiques, la fatigue mentale, d’ardentes tentations venant de l’enfer, des amis qui deviennent des ennemis. Satan y a mis tous ses efforts, il conduit son assaut des derniers temps pour nous pousser au désespoir.

Comment résister au pouvoir de Satan ? Jean nous donne une réponse dans Apocalypse 12 : « Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage » (verset 11). Quand tu entends le lion rugir, quand le déluge vient et te submerge, cours simplement vers le saint des saints. Par la foi, entre dans la présence de Dieu qui est sur Son trône, car l’Agneau a préparé un chemin pour toi, par Son sang.

« Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire, de sa chair » (Hébreux 10 : 19-20).

par David Wilkerson

Source : http://davidwilkersoninfrench.blogspot.fr/

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 17:51

Etre un homme, une femme de la même nature que les pères de la foi d'Hébreux 11.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 16:09

Par David Wilkerson

Croyez-le ou non, beaucoup de bonnes personnes occupées à de merveilleuses occupations n'entreront pas aux cieux. Pire encore, beaucoup d'entre ceux qui se considèrent chrétiens, et qui sont convaincus d'aller au ciel, en seront exclus, malgré le fait qu'ils ne commettent pas de péchés ou ne font pas de mal !

Les chrétiens auxquels je fais allusion ne se droguent pas, ne boivent pas. Ils ne font pas de paris. Ils ne s'adonnent pas à la perversion sexuelle, à la pornographie. Ils ne font pas partie des méchants et vils. En fait, vous les trouverez, pour la plupart, au culte le dimanche. Et ils passent le plus clair de leur temps avec des amis, la famille, profitant de bonnes choses. Ils aiment la famille et ont des valeurs familiales.

Ayant dit cela, je veux faire une affirmation encore plus directe, une affirmation qui pourrait en offenser plusieurs. Pourtant, je le dis avec un sentiment de soucis rempli d'amour pour ceux dans l'Eglise de Jésus-Christ qui ne voient pas qu'ils vont droit au désastre : certains sont en danger de perdre leur âme, malgré le fait qu'ils sont assis à l'église, absolument convaincus qu'ils sont sur le chemin du paradis !

Cette idée vous semble être un paradoxe ! Mais je veux vous le prouver par l'Ecriture. S'il n'y a qu'un message du Saint-Esprit que vous désirez suivre, que ce soit celui-ci.

Voici : certains croyants seront exclus du paradis non pas à cause de choses mauvaises qu'ils auront faites, mais à cause du fait qu'ils se sont tellement préoccupés à faire le bien, des choses tout à fait légitimes, qu'ils ont négligé les choses qui comptent vraiment. Ils sont devenus tellement accaparés par les soucis du moment, qu'ils n'ont littéralement plus de temps pour les choses plus profondes de la vie spirituelle. Ils transpirent à grosses gouttes pour mettre sur pied leur entreprise, pour avancer dans leur carrière, pour subvenir aux besoins de leur famille; mais leurs priorités sont tout en désordre !

La Bible dit : "Cherchez premièrement le Royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus" (Matthieu 6:33). Ce sont les paroles du Christ, et il ne s'agit pas d'une suggestion mais bien d'un commandement ! Jésus promet: "Si vous cherchez premièrement le Seigneur, il s'occupera de toutes ces choses pour lesquelles vous travaillez. Mais, vous devez Le mettre à la première place !"

L'apôtre Paul ajoute: "Affectionnez-vous aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu" (Colossiens 3:2-3). A nouveau, il ne s'agit pas d'une suggestion mais d'un commandement. En Grec, la signification des termes utilisés est : Soudez votre attention, comme le fer, comme du béton armé, sur les choses de Dieu. Faites que ce soit immuable, irrétractable.

Veuillez comprendre : Dieu ne nous a jamais demandé de vendre notre maison, notre terrain, nos possessions. Il n'a jamais dit que nous devions abandonner notre travail et devenir des moines, nous donnant complètement à la méditation et à l'étude de la bible. (Oui, Jésus a dit cela, mais uniquement à un homme car cet homme avait fait de ses possessions des idoles. Dieu ne dit pas cela à tout le monde !) Des personnes m'ont dit: "Dieu m'a dit de quitter mon époux(se) et mes enfants pour me consacrer à mon ministère." Je regarde ces personnes droit dans les yeux et leur dit: "Dieu ne vous a pas dit cela ! C'était soit votre propre esprit ou le diable. Le Seigneur n'a pas pour tâche de briser les foyers !"

Dieu ne vous demandera jamais de faire quelque chose comme ça. Mais Il insiste sur le fait qu'Il doit être le centre de votre vie; Celui autour de qui tout tourne. Il exige que Ses intérêts, Son Eglise, Ses choses aient la priorité. Il doit être le centre !

La plus grande indignité qu'un chrétien puisse commettre contre le Seigneur est de le mettre à la seconde place. C'est comme une gifle à la face de Dieu. Vous pourriez croire que vous n'êtes pas coupable d'un tel affront à Dieu. Mais comment placez-vous vos priorités ? Par exemple, combien de fois avez-vous manqué le culte ou une réunion afin de vous occuper de vos affaires ? A ces moments, vos clients ne devaient pas attendre... le Seigneur, Lui, attendait !

Je suis conscient du fait que vous n'y pouvez rien si vous avez un métier qui vous empêche parfois d'aller au culte (infirmières, médecins, travailleurs de nuit, etc...) Mais je parle des personnes qui ont un choix, qui gèrent leur propre société, par exemple, et qui choisissent de faire des affaires plutôt que d'être dans la maison de Dieu. La Bible donne cet avertissement : "N'abandonnons pas notre assemblée, comme c'est la coutume de quelques-uns, mais exhortons-nous réciproquement, et cela d'autant plus que vous voyez s'approcher le jour" (Hébreux 10:25). Encore un commandement du Seigneur ! Pourtant, qu'est-ce qui a la priorité dans votre vie ? Qui attend : vos affaires ou le Seigneur ?

Si nous ne faisons pas attention à ces commandements, cela aura des conséquences désastreuses. En effet, Jésus donne beaucoup d'avertissements à ce sujet. J'aimerais vous en montrer trois en particulier:

1. Réfléchissez à ce que Jésus dit
à propos des jours de Noé et de
Lot (Luc 17:26
-30).

"Ce qui arrivera du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l'homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche; le déluge vint, et les fit tous périr.

"Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de souffre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l'homme paraîtra" (Luc 17:26-30).

Relisez la liste que Jésus nous donne. Nous savons qu'il y avait de la violence comme il n'y en avait jamais eue auparavant, ainsi que de l'immoralité telles la sodomie et l'homosexualité. Mais Jésus ne parle pas de ces choses. Remarquez ce que les gens faisaient juste avant le jugement: ils mangeaient, ils buvaient (et Il ne mentionne pas l'ébriété), ils vendaient, ils plantaient, ils construisaient... Il n'y a pas un seul péché sur cette liste. Ce sont de bonnes et légitimes occupations !

En fait, tout ce qui est énuméré par Jésus est recommandé par la Parole de Dieu aux fidèles. Le mariage, par exemple. Paul dit: "Si tu t'es marié, tu n'as point péché" (1 Corinthiens 7:28). Ailleurs, l'Ecriture dit: "Que le mariage soit honoré de tous" (Hébreux 13:4).

En outre, il nous est dit qu'une femme vertueuse "... pense à un champ, et elle l'acquiert; du fruit de son travail elle plante une vigne" (Proverbes 31:16). Depuis le temps de Josué, lorsqu'Israël entra en Terre Promise, Dieu a encouragé Son peuple à planter les champs et à bâtir des édifices à Sa gloire. Ces activités n'ont absolument rien de mal.

Pourquoi, dès lors, Jésus n'énumère-t-Il que l'accomplissement d'activités bonnes et légitimes par le peuple avant le jugement ? C'est parce qu'il essaye de nous dire quelque chose de vital; Il nous avertit quant à notre totale inattention à Sa Parole, tandis que nous nous sommes laissés absorber par nos propres intérêts!

Réfléchissez : la Bible ne mentionne nulle part que Noé aurait souffert de moquerie ou de persécution pendant les 120 années de travail pour préparer l'arche. Il semble apparemment que son travail, ses prédications n'aient jamais été interrompus. Dieu nous dit : "Oui, il y avait de la violence et de la corruption à ce moment. Mais, la majorité des gens étaient tellement absorbés par leurs occupations bonnes et légitimes qu'ils n'avaient pas le temps de réfléchir aux avertissements de Noé. Tout le monde était tellement occupé par les mariages, les sorties, les rencontres avec leurs amis, et la recherche de plaisirs, qu'ils n'avaient pas le temps d'écouter !"

On croirait le style de vie des Américains, des Européens, aujourd'hui ! Je peux écrire des livres et prêcher des messages à propos des jugements à venir, mais seuls quelques croyants écoutent encore et tiennent compte de mes avertissements. La masse de chrétiens ne s'en soucient pas. Pourquoi pas ? C'est parce qu'ils sont accaparés par leurs propres plans de mariage, d'enfants, de maisons, de métier, de carrière... Ils n'ont pas le temps d'écouter les messages qui viennent du Seigneur !

"Il en sera de même le jour où le Fils de l'homme paraîtra" (Luc 17:30). Jésus nous avertit : "La dernière génération sera pareille. Ils seront si occupés, si accaparés par leurs propres intérêts, qu'ils écarteront tous Mes intérêts!"

Cela est ainsi depuis des siècles. Beaucoup de gens se croient sur le chemin du Paradis. Mais, semaine après semaine, ils négligent la maison de Dieu, la Parole de Dieu, la prière, la louange. Pourtant, ils ne croient pas pécher. "Pourquoi mon peuple dit-il : Nous sommes libres, nous ne voulons pas retourner à toi ? Et mon peuple m'a oublié depuis des jours sans nombre... Parce que tu dis: Je n'ai point péché" (Jérémie 2:31-36). De telles personnes font peut-être de bonnes choses, mais le Seigneur n'est pas à la première place ! S'Il l'était, ils ne L'écarteraient pas de la sorte. Ils trouveraient du temps pour Lui !

Jérémie réprimandait ces gens qui mettaient tant d'empressement à changer de chemin. Tout le monde courait en rond, faisant de bonnes choses, s'occupant de travaux légitimes, même des occupations religieuses. Mais, ils négligeaient Dieu. Ils n'avaient pas le temps de rechercher la présence du Seigneur, pas le temps de s'asseoir à Ses pieds afin d'apprendre.

L'on voit la même chose de nos jours de part le corps de Christ. Les gens sont tellement occupés à courir pour Dieu qu'ils n'ont plus le temps de rechercher sa présence. Trop de gens n'arrivent plus à s'asseoir et à tenir compte de Sa parole parce qu'ils sont constamment occupés !

"Il en sera de même..." (Luc 17). Pourquoi Jésus ne parlait-Il pas de la recrudescence des crimes, lorsqu'Il mentionnait Son retour ? Pourquoi ne se référait-Il pas à l'immoralité de ces jours ? Il n'a rien dit à propos des drogues, des prisons surpeuplées, de l'avortement. Non, Il a seulement dit "Comme ce qui arriva en ces temps: les gens achèteront, vendront, mangeront, se marieront, ... préoccupés par de bonnes choses. Et, ils seront tellement occupés, qu'ils négligeront leur propre âme !"

En plongeant dans mes souvenirs, je vois beaucoup de
visages de personnes qui ne viennent plus
aux services de l'église de Time Square, à New
York

En octobre, notre église célébrera son neuvième anniversaire. Pendant les trois premières années il y avait un tel enthousiasme ! Beaucoup de jeunes professionnels et hommes ou femmes d'affaires venaient à nos réunions. De merveilleuses personnes ayant de brillantes carrières et qui étaient tout feu tout flamme pour le Seigneur ! Ils se disaient spirituellement affamés et racontaient que l'église de Time Square les avait sauvés de la mort spirituelle.

Ces personnes étaient toujours là lorsque les portes de l'église s'ouvraient. Ils prenaient des messages sur cassettes audio à la maison afin de les ré-écouter jusqu'à ce que les sermons soient compris, assimilés. Ils étaient aussi des évangélistes. Lorsque je les croisais en rue, ils s'arrêtaient pour me saluer et se tournaient, radieux, vers les passants, disant : "C'est mon pasteur. Vous devez venir l'écouter prêcher !"

Lorsque je me rendais à leurs lieux de travail et que je me présentais à leurs secrétaires, j'étais bien reçu et on me disait : "Entrez sans attendre, pasteur." Lorsque je rentrais dans leurs bureaux, ils interrompaient leur activité du moment, me saluaient d'un "Oh, pasteur, c'était merveilleux dimanche ! Lorsque je suis rentré, je ne pouvais pratiquement pas dormir ! L'Esprit du Seigneur était avec moi toute la nuit."

Aujourd'hui, je ne vois plus la plupart d'entre eux à l'église. Petit à petit, je les ai vus rétrograder, retourner au matérialisme. Maintenant, ils sont consumés par leur travail, leur carrière ou leurs affaires. Beaucoup d'entre eux vont dans des églises où il y a un culte d'une heure, uniquement le dimanche, comprenant un petit sermon de vingt minutes au plus, sans conviction de péché. Lorsque je vois ces chères personnes dans la rue, elles font semblant de ne pas me voir. Certaines d'entre elles se détournent même et marchent dans la direction opposée !

Le fait qu'elles me rejettent me fait beaucoup de mal. Mais quelle doit être la peine de Dieu lorsqu'elles Le rejettent, Lui ! Quels doivent être Ses sentiments de Se voir repoussé par ceux-là même qui autrefois marchaient, parlaient, pleuraient avec Lui ? Autrefois, ces mêmes personnes Lui disaient :"Seigneur, tu m'as sauvé d'un enfer sans Dieu, je ne Te quitterai jamais." Mais, maintenant, ils n'ont plus une minute à Lui consacrer.

Avez-vous donné des excuses à Jésus ? Vous dites peut-être : "Je dois gagner ma vie. Le Seigneur comprend." Pas du tout ! Il ne comprendra jamais, et il n'acceptera jamais de nous voir Le placer à la seconde place. "Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. Il est la tête du corps de l'Eglise; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier" (Colossiens 1:18). Jésus doit être notre priorité !

2. Pensez à l'homme qui donnait
une grande fête, mais dont tous
les invités lui faisaient faux bond
(Luc 14
:16-24).

Cette parabole est importante car Jésus est l'homme qui organise la grande fête ! La fête dont il est question, c'est l'Evangile, et la table qui est dressée, c'est la croix. Et l'invitation de Jésus est adressée à tout le monde. "Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos" (Matthieu 11:28).

En clair, notre Seigneur nous invite à une relation intime avec Lui. Nous avons été invités à venir en Sa présence afin de dîner avec Lui, d'apprendre à Le connaître, de jouir de Sa présence. Il dit : "Venez à cette table dressée pour vous. Vous trouverez toute satisfaction en moi !"

En effet, Jésus a déjà accompli tout ce qui était nécessaire afin de nous donner entière satisfaction dans cette vie. Tout ce qui a trait à la sainteté, est en Lui. "... sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu..." (2 Pierre 1:3). La table a été dressée. Le dîner est prêt !

Pourtant, la parabole nous dit que lorsque l'heure du repas arriva et que la table fut dressée, personne n'était là. Lorsque les serviteurs regardèrent dans la rue, ils ne purent voir arriver personne. Le maître avait espéré que ses invités abandonneraient toutes choses pour arriver à l'heure et plein d'espoir, dans l'anticipation d'une agape pleine de joie. Mais personne n'était venu !

Je vous le demande : que ressentiriez-vous si vous aviez préparé un merveilleux repas, et que vos invités qui vous avaient promis de venir, ne venaient pas ? N'auriez-vous pas un sentiment de rejet ? Ne croiriez-vous pas que vos invités ne s'intéressent pas du tout à vous ?

Ce maître décida d'envoyer un serviteur rappeler à ses invités que tout était prêt. C'était un dernier appel: "Le repas est prêt. Pourquoi n'êtes-vous pas là?" Mais, l'Ecriture dit : "Mais tous, unanimement, se mirent à s'excuser" (Luc 14:18).

Le premier invité s'excusa parce qu'il était préoccupé par une affaire de terrain : "...j'ai acheté un champ, et je suis obligé d'aller le voir; excuse-moi, je te prie..." (Luc 14:18). Cet homme était probablement un investisseur qui avait acheté un terrain sans même le voir. Ou, peut-être voulait-il ce terrain pour y bâtir une maison pour sa famille ?

Ce n'est pas un péché en soi d'investir, ni de bâtir une maison. Ce sont de bonnes choses. Après tout, juste avant le jugement sur la Judée, Elizée avait acheté un terrain suite à une vision.

Acheter un terrain n'est pas la question ici. La question, c'est que cet homme choisissait mal ses priorités. Il se concentrait sur ses intérêts personnels, ses affaires, sa famille et mettait au second plan une invitation du maître. Il disait : "je m'occuperai de cela plus tard. Je désire tout d'abord m'occuper de mes affaires." Pourtant, ce terrain n'allait pas bouger ! Il aurait pu y aller le lendemain.

Le second invité marchandait du bétail. Il dit au serviteur : "J'ai acheté cinq paires de boeufs, et je vais les essayer; excuse-moi, je te prie" (Luc 14:19). Il est possible que cet homme fasse du commerce de bétail. Il semble qu'il ait vu les dix boeufs avant de les acheter, et ils lui avaient probablement semblé en bon état. Mais, maintenant, il voulait les essayer afin de voir s'il avait fait une bonne acquisition.

Ce n'est pas un péché en soi d'essayer ses boeufs. Abraham et Job ont probablement eu le même genre d'occupation étant donné qu'ils avaient beaucoup de bétail. Cet homme ne faisait que ce qui est recommandé par la Parole de Dieu.

Mais là n'est pas la question ! Comment cet homme péchait-il ? Il agissait comme si le fait d'aller à l'étable était plus important que d'aller dans la maison du maître. Ces boeufs auraient pu être essayées le lendemain. Mais il ne voulait pas les faire attendre; au lieu de cela, il faisait attendre le maître.

"Le dernier invité dit : "... Je viens de me marier, et c'est pourquoi je ne puis aller" (Luc 14:20). Rien n'est plus légitime que le mariage. La Bible dit que l'homme qui trouve une épouse trouve une bonne chose (Proverbes 18:22).

Mais, encore une fois, le mariage n'est pas la question ici. Cet homme péchait par le fait de mettre sa famille à la première place. Le Seigneur dit: "Etre dévoué à sa famille est une bonne chose, mais pas lorsque cela prend Ma place !"

Cet homme aurait pu emmener sa femme à la fête. Cela aurait été une bonne façon de débuter son mariage. Il aurait pu dire : "Chérie, le Seigneur a toujours eu la première place dans ma vie. Rien ne peut prendre Sa place. Toujours, lorsque Ses portes sont ouvertes, je vais en Sa présence. Ses intérêts ont la priorité dans ma vie. J'aimerais que mes valeurs deviennent les tiennes. Faisons de Ses intérêts notre priorité."

Ce péché, le fait de mettre sa famille avant le Seigneur, est l'un des péchés représentant le plus grand obstacle dans nos églises. Je connais des femmes au foyer qui trouvent difficile de se rendre au culte le dimanche, et encore plus aux autres réunions. Mais elles ont par contre beaucoup de temps pendant la semaine pour courir le monde... Elles courent constamment, faisant des choses spéciales pour leurs enfants. Elles s'arrangent pour avoir le temps de les conduire à des cours de danse, à des leçons de musique, à des activités à l'école, à des fêtes, à des pique-niques, à des activités sportives et dans les magasins... La liste peut s'allonger... Mais, elles n'arrivent pas à réserver un peu de temps pour le Seigneur. Le message que l'on perçoit est clair : "Mes enfants d'abord !"

Je vous le dis. Si vous négligez les intérêts de Dieu et placez les enfants à la première place, vous les damnerez ! C'est ce qui est arrivé avec Ezéchias et Manassé. Le Seigneur avait donné quinze années de vie supplémentaires à Ezéchias, des années qu'il aurait dû passer la face à terre devant Dieu et en amenant un réveil en Israël. Au lieu de cela, Ezéchias passait la plupart de ces années à jouer avec des jouets d'adultes: collection de bijoux, achats de bétail, construction de bâtiments. Son fils, qui grandissait pendant ces années, observait son père qui mettait ses jouets et sa famille à la première place. Le résultat: Manassé est devenu l'un des rois de l'histoire d'Israël le plus cruel.

Quel était le péché de ces trois hommes de la parabole ? C'était le fait de préférer le terrain, les boeufs, ou la famille à un moment d'intimité avec le maître. Rappelez-vous, leurs activités n'étaient pas mauvaises en soi, mais leurs actions devenaient péché et parfaitement impardonnables lorsqu'elles volaient à ces hommes un moment d'intimité avec le maître.

Laissez-moi vous faire une autre déclaration importante. Vous n'aimez pas vraiment Jésus si vous n'avez pas une attitude protectrice envers le temps que vous Lui réservez ! Il faut arriver au point où tout est considéré comme une intrusion si cela vous vole un moment précieux dans la présence de Jésus. Si vous Le remettez à demain pour quelque chose d'autre, cela peut facilement devenir une habitude. Et vous terminerez comme Jérémie qui disait : "Le négligeant des jours sans nombre" (Jérémie 2:32)?

Que se passe-t-il lorsqu'un maître est négligé ? Il devient fâché ! Le maître de la parabole dit: "Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon repas" (Luc 14:24). En d'autres mots : "Bon, Messieurs, vous m'avez montré que vous êtes tous trop occupés pour moi. Vous avez mis votre travail, votre famille, votre terre, avant moi. Vous ne voulez pas dîner avec moi et apprendre à me connaître. Maintenant, je vous le dis, vous ne me connaîtrez jamais. Vous ne passerez jamais ma porte !"

De même, beaucoup viendront à Jésus en disant : "Seigneur, nous avons fait de grandes oeuvres en Ton nom. Nous avons chassé les démons et guéri les malades, tout pour Ta gloire." Mais, Il répondra : "Ce sont de bonnes choses, mais Je ne vous ai jamais connus ! Vous étiez trop occupés pour rechercher l'intimité avec Moi ! Vous n'avez jamais mis tout de côté pour vous asseoir en Ma présence. Toutes vos bonnes oeuvres ont été accomplies en vain. Eloignez-vous de Moi, étrangers !"

3. Finalement, un nombre
important de personnes qui devraient
participer aux noces,
n'y seront pas (Matthieu 2
5:1-13).

Jésus nous donne une parabole puissante en Matthieu 25. La parabole des dix vierges. Vous connaissez probablement bien cette parabole. Seules cinq des vierges avaient de l'huile dans leurs lampes lorsque l'époux vint les chercher. Les cinq autres furent exclues des noces car elles étaient à la recherche d'huile lorsque l'époux arriva.

Etant donné que les dix vierges de cette parabole représentent l'Eglise, ceci signifie-t-il que seule la moitié des chrétiens sera présente au repas des noces ? Je ne le sais pas. Mais je sais que nous ferions bien d'écouter ce que Jésus nous raconte.

Le fait que les dix vierges somnolaient et dormaient jusqu'à minuit ne me cause pas problème. Premièrement, celles qui avaient de l'huile pouvaient dormir en paix car elles en avaient assez jusqu'au matin. (Certaines personnes disent que l'huile représente le Saint Esprit et que les cinq vierges folles s'étaient promené insouciantes et avaient perdu l'onction du Saint Esprit.)

Deuxièmement, l'huile n'est pas au coeur de la parabole. Pourtant, généralement, elle attire tellement notre attention que nous passons à côté d'un aspect très important. Voyez-vous, dès le moment où les vierges ont trouvé l'huile, elles sont revenues et se sont mises à frapper à la porte, disant: "Seigneur, Seigneur, ouvre-nous..." Mais que leur dit l'époux ? Il ne leur a pas demandé d'où elles venaient, il ne les a pas réprimandées pour leur manque d'huile, il n'a pas mentionné le fait qu'elles étaient en retard. Il n'a dit aucune de ces choses. Non, il a dit très clairement: "Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas" (Matthieu 25:12). Il a dit: "Je ne vous connais pas" Voilà le coeur de la parabole !

Récemment, après une réunion dans notre église, une femme et sa fille se sont approchées de moi. Nous nous sommes serré la main et puis elles se tenaient là, souriantes. Après un moment, elles m'ont demandé : "Ne nous reconnaissez-vous pas ?" J'ai dû faire signe que non. Elles m'ont dit: "Nous vous avons rencontré il y a quinze ans, après une campagne d'évangélisation à Los Angeles. Vous avez prié pour nous. Vous souvenez-vous ? Nous sommes sur votre liste de diffusion email. Nous aimons beaucoup vos messages et nous avons suivi votre ministère toutes ces années. Comment est-ce possible que vous ne nous connaissiez pas ?"

Je ne les avais pas vues depuis quinze ans ! Je leur ai dit: "Je suis désolé, Mesdames, je ne vous connais pas." Les deux femmes m'étaient étrangères.

Certainement, Jésus sait qui nous sommes. Il est omniscient. Il sait tout. Mais il ne s'agit pas de ce type de connaissance dans cette parabole. Jésus dit: "Vous ne m'avez jamais pris au sérieux. Vous ne m'avez jamais mis à la première place. Et cela ne ressemble pas à ce que j'attends de mon épouse. Vous n'avez pas cette relation à coeur, Vous m'avez négligé. Je ne peux reconnaître votre esprit, votre style de marche. Je ne peux vous accepter à mes noces !"

Bien-aimés, connaissez-vous Jésus dans votre lieu secret autant qu'à l'église ? Lui parlez-vous alors que vous êtes en chemin vers votre travail, dans votre voiture, dans le métro, dans le bus ? Etes-vous présents autant que possible lorsque les portes de l'église sont ouvertes ? Jésus vous connaîtra-t-Il quand le dernier jour viendra ?

Une promenade dans les rues de
New York, la nuit, peut être une
expérience à vous briser le
coeur.

Il y a quelques semaines, je me suis promené dans le quartier proche de notre bâtiment afin de m'acheter un journal. Quand je suis arrivé à la rue quarante-neuf, j'ai vu une femme sans-logis, l'air triste, assise sur le trottoir. Elle ne devait pas avoir plus de 50 ans mais avait l'air d'en avoir 80. Elle me regardait d'un regard affamé et perdu, comme pour dire : "Voilà tout ce que la vie a à m'offrir." J'en avais le coeur brisé et je pensais : "elle est la mère de quelqu'un !"

Tournant à droite, vers la huitième avenue, j'ai vu un jeune homme aux cheveux fous. Il était drogué et passait près de moi d'un pas hésitant, murmurant des mots que personne ne pouvaient comprendre. Je pensais : "Il vit l'enfer toute sa vie, et quand il mourra, il passera probablement l'éternité en enfer." Cela me semblait si tragique et cela me rendait si triste et désemparé.

Après avoir acheté le journal, je me suis retourné et je suis passé à côté d'une jeune prostituée. Elle avait le regard vague. Son corps avait l'air brisé et malade, et pourtant elle essayait encore de le vendre afin de pouvoir s'acheter de la drogue. Je me demandais si elle avait jamais connu une vie normale.

Je suis revenu à mon appartement plein de tristesse. Je me suis assis, j'ai regardé vers le haut et je me suis mis à pleurer : "Ô Dieu, cette ville n'est-elle pas suffisamment l'enfer ? N'auras-tu pas pitié de ces pauvres gens lorsqu'ils se présenteront devant toi ? Aucun d'eux n'a entendu les sermons que nos amis de l'église de Time Square ont pu entendre. Ils n'ont pas connu la communauté des saints. Ils n'ont pas été touchés par l'Esprit Saint. Ils n'ont pas les capacités mentales pour attendre Ton retour. Ô Seigneur, parfois je pense que Tu seras plus miséricordieux avec des pauvres gens qu'avec tous les saints qui ont entendu des centaines de sermons mais Te rejettent toujours !"

En effet, Jésus a dit qu'Il sera plus tolérant pour Sodome et Gomorrhe que pour ceux qui ont un jour goûté des grâces de Dieu. Je parle des personnes qui ont connu Dieu. Je parle des personnes qui ont connu la puissance du Saint Esprit, qui se sont engagées à aimer et à servir Jésus jusqu'à la mort, mais qui se sont détournées vers l'égoïsme, le matérialisme, et leurs propres intérêts. Dites-moi, comment pouvez-vous vous attendre au retour de Jésus si vous êtes tout accaparés par les bonnes choses de ce monde ?

Si Jésus n'est pas la " prunelle de vos yeux ", si toute votre attention n'est pas tournée vers Lui, vers Son église, vers Sa Parole, vers Ses intérêts, vous ne pouvez être Son disciple. Ce serait mieux pour vous d'être un pauvre sans-logis que d'être un tel hypocrite !

Je le dis à nouveau, avec amour. Beaucoup d'entre vous qui lisez ce message n'y arriveront pas, sauf si vous faites cet engagement dès aujourd'hui. "Seigneur, à partir de ce moment, je m'engage à faire de Toi le centre de ma vie ! Tout le reste passera après Toi. Tu es tout pour moi, Jésus. Et, je sais qu'autrement, tout sera en vain !" Amen! ---

World Challenge, P. O. Box 260, Lindale, TX 75771, USA.

Source : http://sentinellenehemie.free.fr

Partager cet article
Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 08:48

De nos jours, ces valeurs ont perdu tout leur sens et tendent à disparaître au profit de la trahison et de la méchanceté. En effet, nous vivons dans une société où être infidèle et malhonnête est non seulement monnaie courante mais aussi encouragé. Avez-vous déjà remarqué cela ? Oui, la traîtrise fait vendre. Certains se sont enrichis en créant des startups qui vous invitent sans détours à la fourberie, à la trahison et à la mesquinerie. En tant que chrétiens, nous sommes au quotidien confrontés à ces actes, que cela soit au travail, à l’école ou en famille…

TRISTE CONSTAT!

« Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là » 2 Timothée 3 : 1-5.

L’apôtre Paul écrivit à Timothée afin de le prévenir des temps difficiles qui allaient arriver. Nous vivons désormais ces temps. Les hommes sont fanfarons, ingrats, insensibles, déloyaux et j’en passe. Cette génération s’avère particulièrement ingénieuse au mal. Au travail, à l’école, au quotidien, tout est mis en place pour que vous usiez du mensonge, de tricheries et même de vols. Telle une spirale, le système est fait de manière à ce que vous n’ayez pas le choix. Au fur à mesure, nous arrivons à la société antédiluvienne décrite dans Genèse 6.

« Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. Alors l’Éternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants : ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité. L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal ».

Le matin, ils réfléchissaient au moyen de faire le mal, le soir venu, ils pensaient encore au mal. Il est précisé que chaque jour leurs pensées se portaient uniquement vers le mal. Nous pouvons faire le même constat pour notre génération. Le bien est appelé mal et le mal est appelé bien. Les hommes rivalisent d’ingéniosité pour corrompre leurs voies. Hélas, ces comportements gagnent du terrain même parmi les chrétiens.

« [ …] aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là ».

L’amour de l’argent, le désir de reconnaissance ont poussé certains à se détourner du plan divin.

Quelles que soient les raisons, le but est le même, à savoir : satisfaire ses désirs à tout prix même si pour cela il faut user de ruse, de mensonge, de calomnies. Ces individus n’ont plus aucune retenue, même le Seigneur est relégué au second plan pour parvenir à leurs fins. L’avertissement de Paul concerne ces hommes qui se réclament du Seigneur mais qui le renient par leurs actes.

Les vrais disciples restent fermes, attachés à la Parole, et demeurent dans l’intégrité quelles que soient les situations.

C’est un triste constat qui fait mal au Seigneur, et également à tous ceux qui désirent vivre dans la droiture et l’honnêteté. Cependant, il existe encore des personnes intègres, droites et justes, non selon les hommes, mais selon Dieu. Ce caractère doit être celui de tous les chrétiens qui aiment réellement le Seigneur.

LE CARACTÈRE QUE DIEU AIME

« Il y avait dans le pays d’Uts un homme qui s’appelait Job. Et cet homme était intègre et droit ; il craignait Dieu, et se détournait du mal. Il lui naquit sept fils et trois filles. Il possédait sept mille brebis, trois mille chameaux, cinq cents paires de boeufs, cinq cents ânesses, et un très grand nombre de serviteurs. Et cet homme était le plus considérable de tous les fils de l’Orient. […] Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l’Éternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux. L’Éternel dit à Satan : D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Éternel : De parcourir la terre et de m’y promener. L’Éternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal » Job 1 :1-8.

Job est décrit ainsi : intègre et droit, craignant Dieu et se détournant du mal. Job n’a pas épaté l’Eternel avec ses miracles, ses guérissons, ou sa richesse. Rien de tout cela, simplement le fait d’être intègre, droit, aimant Dieu et se détournant du mal, a été suffisant pour attirer le regard du Seigneur.

L’intégrité est définie comme une fermeté, une fidélité, une stabilité et même une vérité (en paroles, en témoignage). La droiture, quant à elle, se définit comme la loyauté, la justice et l’équité.

L’intégrité, la fidélité et la droiture ont un prix, celui du rejet et de l’incompréhension.

« Dès que Potiphar l’eut établi sur sa maison et sur tout ce qu’il possédait, l’Éternel bénit la maison de l’Égyptien, à cause de Joseph ; et la bénédiction de l’Éternel fut sur tout ce qui lui appartenait, soit à la maison, soit aux champs. Il abandonna aux mains de Joseph tout ce qui lui appartenait, et il n’avait avec lui d’autre soin que celui de prendre sa nourriture. Or, Joseph était beau de taille et beau de figure. Après ces choses, il arriva que la femme de son maître porta les yeux sur Joseph, et dit : Couche avec moi ! Il refusa, et dit à la femme de son maître : Voici, mon maître ne prend avec moi connaissance de rien dans la maison, et il a remis entre mes mains tout ce qui lui appartient. Il n’est pas plus grand que moi dans cette maison, et il ne m’a rien interdit, excepté toi, parce que tu es sa femme. Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu ? Quoiqu’elle parlât tous les jours à Joseph, il refusa de coucher auprès d’elle, d’être avec elle. Un jour qu’il était entré dans la maison pour faire son ouvrage, et qu’il n’y avait là aucun des gens de la maison, elle le saisit par son vêtement, en disant : Couche avec moi ! Il lui laissa son vêtement dans la main, et s’enfuit au dehors. » Genèse 39 : 5 -12.

L’intégrité de Joseph lui valut d’être accusé à tort et d’aller en prison. Or, devant la pression et les persécutions, demeurerons-nous toujours fermes ? Si demain il était imposé aux hommes le culte d’une idole sous peine de mort, serions-nous prêts, à l’instar de Daniel, Hanania, Mischaël et Azaria, à demeurer fidèles même au prix de notre vie ?

G.N.

Source : www.lesdokimos.org

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 13:32

Une prédication de Christian Pellone. Source : http://www.letabernacle.net/.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 13:51

Des millions se sont convertis parce qu'un homme a attendu pour entendre Sa voix. Saul “tomba par terre, et il entendit une voix” (Actes 9:4). Quand il est devenu Paul, il a continué à entendre cette voix. Le Seigneur parlait d'homme à homme avec lui.

Pierre a permis à la voix du Sauveur de lui parler. “ Pierre monta sur le toit, vers la sixième heure, pour prier... Et une voix lui dit...” (Actes 10:9 et 13).

La porte du Royaume a été ouverte parce qu'un homme a obéit à une voix. Nous vivons dans ces mêmes temps de la Nouvelle Alliance que Paul et Pierre. Nous aussi, nous devons permettre à cette voix de nous parler. Ce que Dieu pourrait faire avec des chrétiens qui apprendrait à écouter le Ciel !

Au lieu d'attendre que Sa voix nous parle, nous courrons vers des conseillers et des psychologues chrétiens. Nous courons d'une réunion à une autre, lisant des livres, écoutant des cassettes, souhaitant entendre quelque chose venant de Dieu. Nous voulons une direction claire pour nos vies et nous regardons aux pasteurs pour nous dire ce qui est bien ou mal. Nous voulons un guide à suivre, un plan pour le futur. Mais peu savent comment aller vers le Seigneur et entendre Sa voix. Beaucoup savent comment attirer l'attention de Dieu, comment réellement toucher Dieu, mais ils ne savent rien de Dieu les atteignant eux.

Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.” (Matthieu 11:15).

Dieu veut ébranler la Terre une fois encore : “Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de Celui qui parle du haut des cieux, lui, dont la voix alors ébranla la terre, et qui maintenant a fait cette promesse : Une fois encore j'ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel.” (Hébreux 12:25-26).

A la dernière église, à l'église de Laodicée, le Seigneur a dit : “Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, Je souperai avec lui, et lui avec Moi.” (Apocalypse 3:20).

Source : http://davidwilkersoninfrench.blogspot.fr/

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 09:48

Hors de Dieu, il n'y a que néant.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 22:01

Par Arthur Katz

Aimer la Vérité, c'est désirer par-dessus tout la transparence candide de Jésus ? Il importe que ce désir soit très puissant, car cette transparence s'accompagne de réalités que nous voudrons peut-être de tout cœur fuir ou rejeter.

Recevoir l'amour de la Vérité et de cet Esprit qui est Vérité, c'est envisager une vie d'où sera bannie tout recours à l'exagération, aux "mensonges pieux", à la flatterie, à tout moyen que j'ai pris l'habitude d'employer pour me grandir ou me protéger.

Cela signifie renoncer à jouer un personnage, renoncer à toute affectation (manière d'être qui n'est pas naturelle). Pour la plupart d'entre nous, cette perspective est franchement effrayante. L'Esprit de Vérité va nous conduire dans toute la vérité, y compris dans ces aspects de la vérité qui nous vaudront d'être humiliés devant autrui, nous laisseront dans la douleur, l'incertitude et la perplexité, pulvériseront les images fausses et incomplètes que nous avons de nous-mêmes, des autres, et en fin de compte de Dieu lui-même. Ce n'est peut-être pas là ce que nous espérions. Nous voulions quelque chose de plus paisible, de moins dangereux, de moins coûteux.

Recevoir l'amour de la Vérité et de l'Esprit qui nous conduit dans la vérité, c'est inévitablement nous ouvrir à une certaine souffrance, car la désillusion, l'incertitude et l'humiliation sont des formes de souffrance, et la souffrance, c'est ce que je tiens à éviter à toute force; en effet, j'en ferai l'économie à n'importe quel prix, au prix de la vérité elle-même s'il le faut, à moins que je n'aime la vérité encore plus que je ne la crains. Ce n'est pas l'ignorance qui nous empêche de devenir vrais, c'est la lâcheté.

"Tel sera l'héritage du vainqueur : Je serai son Dieu, et il sera mon fils. Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang brûlant de feu et de souffre : cela, c'est la seconde mort" (Apocalypse 21:7). Les lâches et les incrédules sont ici mentionnés dans le même souffle, parce qu'au cœur de la lâcheté, il y a un refus de croire Dieu et de se confier en Celui qui nous appelle à marcher dans la vérité. Foi et santé mentale ne prospèrent que dans un climat de vérité, là où se trouve le vrai réconfort. Dieu ne cache jamais que faire l'expérience de la vérité, c'est parfois souffrir, de même qu'il peut être douloureux de Le connaître Lui-Même d'expérience. Mais Il nous offre toutes les raisons d'aimer la vérité et d'avoir confiance en elle, de même qu'Il nous offre toutes les raisons de L'aimer et d'avoir confiance en Lui.

Nous avons la possibilité de refuser l'amour de la vérité. Ce refus ne consiste pas en une décision unique, ponctuelle; il consiste plutôt en une accumulation, là où tout au long de la vie on choisit le mensonge et les demi-vérités, là où on préfère aux directives de l'Esprit un chemin sans danger ni douleur. Quand l'Esprit vient pour nous conduire hors de l'illusion ou des demi-vérités, pour nous amener dans toute la vérité, comment réagissons-nous ? Préférons-nous la sécurité de ce qui est commode, familier ? Nous cramponnons-nous à cette connaissance partielle qui nous a rendu de si grands services ? Ou bien allons-nous L'accueillir, Lui, pour Le suivre, si coûteuse que soit l'obéissance, là où jamais nous n'aurions l'envie, ni l'audace de nous rendre par nous-mêmes, c'est-à-dire là où est toute la vérité ?

C'est notre façon de marcher, jour après jour, qui fait de nous des êtres épris de vérité, ou bien des lâches qui la fuient.

Source: http://www.lesarment.com

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 20:04

par Chip Brogden

« Le serviteur de l'homme de Dieu (Elisée) se leva de bon matin et sortit; et voici, une troupe entourait la ville, avec des chevaux et des chars. Et le serviteur dit à l'homme de Dieu: Hélas! mon seigneur, comment ferons-nous? Il répondit: Ne crains point, car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux. Elisée pria, et dit: Eternel, ouvre ses yeux, pour qu'il voie. Et l'Eternel ouvrit les yeux du serviteur, qui vit la montagne pleine de chevaux et de chars de feu autour d'Elisée. » (2 Rois 6:15-17).

« Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. » (1 Jean 4:4).

Beaucoup de chrétiens se demandent comment vivre une vie chrétienne victorieuse. Ils regardent autour d'eux et constatent que l'ennemi les a entourés d'une foule énorme. Voilà ce qu'ils voient, et ce dont ils parlent. « Hélas, comment ferons-nous? »

Nous regardons au monde et nous voyons beaucoup de choses qui nous gênent et nous distraient. Nous regardons à l'Eglise et nous voyons beaucoup de choses qui nous dérangent. Nous regardons à nos propres circonstances et nous sommes effrayés, déprimés, et anxieux. Nous voyons l'Ennemi qui vient pour tuer, voler et détruire. Nous voyons des anges de lumière qui se présentent comme des serviteurs du Seigneur alors qu'ils sont, en fait, des messagers de Satan. Nous voyons beaucoup de fausses visions, de fausses paroles, de faux enseignants et enseignements. « Hélas, comment ferons-nous? »

De notre point de vue, ces choses semblent représenter des problèmes énormes. Cela demande des efforts incroyables pour y résister. Nous semblons parfois nous enfoncer sous le poids de tant de pesants fardeaux et de choses contraires. Nous nous demandons s'ils ne risquent pas de nous engloutir et nous submerger. Quand nous regardons aux faits, il semble que nous sommes sans espoir, dépassés par le nombre et entourés de toutes parts.

COMMENT POURRONS-NOUS VAINCRE?

Il y a un secret pour vaincre, et ce secret c'est de voir. Si seulement nous pouvons voir, nous serons vainqueurs. La vie suit la vue. Nous ne pouvons pas vivre comme des vainqueurs sans voir cela. Mais une fois que nous l'avons vu, il devient naturel de le vivre. Le faire suit l'être.

Le problème n'est pas « là dehors ». Le problème n'est pas cette grande foule qui nous entoure. Nous aimerions en faire le problème, mais l'important n'est pas la taille de l'armée. Je n'ai pas besoin de savoir ce que l'Ennemi fait dans votre vie, parce que cela importe peu. Il me suffit de savoir ce que vous voyez. Quand vous regardez de l'endroit où vous êtes, que voyez-vous? Si vous voyez bien, alors rien ne peut vous vaincre. Si vous ne voyez pas correctement, la plus petite chose vous dominera rapidement. La différence entre la victoire et la défaite n'est pas dans ce que le diable fait, ou la direction dans laquelle va ce monde, mais dans ce que nous voyons quand nous regardons.

La plupart des gens se voient environnés par un ennemi. C'est pour cela qu'ils vivent leur vie dans le désespoir et dans la peur de ce qui va arriver. Ils voient le diable partout où ils regardent. Ils ont plein d'histoires sur ce que fait le diable (ou ce qu'il est supposé faire). Mais les vainqueurs regardent autour d'eux et voient quelque chose de différent. Ils ne voient pas ce que les autres voient. C'est pour cela qu'ils sont vainqueurs.

Etre un vainqueur ne signifie pas que nous nions l'existence de l'Ennemi. Nous ne vaincrons pas en prétendant que nous ne sommes pas réellement cernés. Nier l'existence de l'adversaire ne le fera pas disparaître. Nous reconnaissons et admettons qu'il y a un Ennemi réel, un réel esprit de l'Antichrist, qui est là pour détruire le Reste et étouffer le Témoignage de Jésus. Nous reconnaissons et admettons que, le plus souvent, l'esprit de l'Antichrist semble prendre l'avantage sur nous.

Mais même ainsi, le problème n'est pas l'Ennemi. Nous pouvons regarder à l'Ennemi, l'étudier, et fonder tout un mouvement sur les différentes manières de le combattre. Nous pouvons écrire des livres et tenir des séminaires sur « le combat spirituel ». Mais quand nous regardons depuis la montagne, que voyons-nous? La différence entre ceux qui sont vainqueurs et ceux qui sont vaincus ne réside pas dans leur habileté à combattre, mais dans leur habileté à VOIR, et cette vue ne vient pas d'eux-mêmes, mais de Dieu.

LES VAINQUEURS ONT LEURS YEUX OUVERTS

Le serviteur d'Elisée sort de bon matin, voit une grande armée prête à les attaquer, et s'écrie: « Hélas! mon seigneur, comment ferons-nous? » Elisée sort à son tour, voit une grande armée et dit « Ne crains point ». Quel contraste énorme. Il semble que partout les gens crient: « Quel malheur, quel malheur, que ferons-nous, où irons-nous, que va-t-il advenir de nous? », etc. Où sont ceux qui peuvent dire, « Ne crains point »?

J'espère que vous comprenez bien que le problème LA DEHORS n'a pas changé. Les deux hommes étaient face à la même armée, aux mêmes circonstances, mais un homme a dit, « Hélas » et un autre a dit, « Ne crains point ».

Comment se fait-il que deux personnes, qui sont confrontées exactement à la même situation, peuvent arriver à deux conclusions complètement différentes? La différence se situe dans ce qu'elles voient quand elles regardent.

Certaines personnes se fâchent avec moi parce qu'elles pensent que je présente les choses comme étant « trop faciles ». « Mais vous ne comprenez pas les situations que je traverse... » Frères et soeurs, il est possible que personne ne puisse comprendre ce par quoi vous passez, et peut-être ne comprendrez-vous jamais ce par quoi je passe, mais là n'est pas l'important. Ce qui compte c'est: est-ce que oui ou non nos yeux sont ouverts. Nous ne devrions pas passer notre temps à étudier le problème quand la Solution est là devant nos yeux.

Je ne peux rien offrir de plus que ce qu'Elisée a offert, c'est à dire une vision claire. « Seigneur, ouvre ses yeux pour qu'il puisse voir. » La différence est simplement là; certaines personnes ont eu leurs yeux ouverts pour voir, et d'autres non. Il est très simple de voir la différence. Le premier groupe dit « Hélas! » alors que le second groupe dit « Ne crains point ». Cela n'est pas une condamnation ou une critique, ce sont juste des faits. Chacun d'entre nous est aveugle jusqu'à ce que quelqu'un prie, « Seigneur, ouvre ses yeux ». Un jour nous verrons TOUS, et nous attendons ce jour où tout sera clair.

Que devons-nous faire? Combien de temps cela prend-t-il? Ce n'est pas une question de croissance spirituelle, de maturité, de sagesse, ou de don. Le serviteur d'Elisée n'a pas commencé à voir clair petit à petit. Il n'a pas étudié la situation pendant plusieurs mois pour finalement trouver la vérité. Non, à un moment donné, ses yeux étaient fermés, et le moment d'après, ils étaient ouverts. Soit vos yeux ont été ouverts soit ils ne l'ont pas été. S'ils sont ouverts, alors vous pouvez prier pour que le Seigneur ouvre les yeux des autres. S'ils sont fermés, vous pouvez prier pour que vos yeux s'ouvrent.

Les gens me demandent parfois ce qu'ils doivent faire pour recevoir cette grande révélation de Christ. Ils pensent que c'est de cette façon que Dieu nous récompense de tous nos grands efforts. Rien n'est plus éloigné de la vérité. Quand les yeux de quelqu'un s'ouvrent, c'est un acte de grâce, seul Dieu peut le faire et le fera, si seulement nous le Lui demandons. Même si à vos yeux, je présente cela comme étant « trop facile », je n'ose pas le rendre plus compliqué.

Quand les yeux du serviteur ont été ouverts, il a vu ce qu'Elisée avait vu. Quand Elisée a dit, « Ceux qui sont avec nous sont plus nombreux que ceux qui sont avec eux » cela a dû être pris pour de la démence. Pour comprendre, les seules paroles ne suffisent pas: les yeux doivent être ouverts. Si les mots étaient suffisants, Elisée n'aurait pas prié pour que les yeux de son serviteur soient ouverts. Nous devrions perdre moins de temps à essayer de comprendre « les paroles » et prendre plus de temps pour prier que Dieu nous ouvre les yeux. Quand nos yeux sont ouverts, les paroles prendront tout leur sens. Mais jusque là, les paroles sont comme des hiéroglyphes  nous savons qu'elles signifient quelque chose mais nous n'en connaissons pas le sens.

Voir pendant trente secondes a plus de valeur que trente années passées à étudier et à écouter. Cinq paroles données par révélation valent plus que dix milles paroles venant de la chair et du sang.

Quelqu'un m'a demandé si je savais « tout ». La réponse est non, mais j'ai vu assez pour savoir ce dont je parle. Le témoignage suit la révélation, et le témoignage consiste en ce que nous avons vu et entendu, pas en ce que nous « pensons » savoir, mais en ce que nous SAVONS savoir.

C'est l'illumination du coeur qui amène la connaissance. C'est quand nous « le saisissons » et que nous pouvons dire, « Oh, maintenant je peux le voir! » Bien sûr, nous ne voulons pas dire que nous avons réellement eu une vision, mais ce qui nous était caché auparavant nous est maintenant connu. Le Saint-Esprit conduit chaque disciple dans « toute la vérité » (Jean 16:13,14)

Elisée n'a pas débattu avec son serviteur, et n'a pas essayé de le convaincre. Il a juste prié que Dieu ouvre ses yeux. Quel soulagement de savoir que mon devoir n'est pas de « défendre ma foi » ou de convaincre qui que ce soit de ce que je crois être vrai. Je peux prier pour que leurs yeux s'ouvrent, et Dieu se révèlera. C'est tellement mieux ainsi!

LES ARMES DE NOTRE COMBAT

J'aimerai que nous voyons que dans ce cas précis, Elisée n'a pas prié pour la protection. Il n'a pas prié pour la victoire. Il n'a pas demandé à Dieu de leur donner des armes. Pourquoi? Parce qu'il a vu qu'il était déjà entouré de chariots de feu et d'une armée céleste. Quand la victoire est déjà nôtre, nous n'avons pas besoin de prier pour la victoire. Ce serait comme essayer de rentrer dans une pièce dans laquelle je suis déjà assis. Non, si la victoire est mienne alors tout ce dont j'ai besoin c'est d'avoir les yeux ouverts. Si je l'ai déjà OBTENUE, je n'ai pas besoin de l'ATTEINDRE.

Est-ce que notre vie et notre témoignage seraient différents si nous pouvions vraiment voir dans les cieux? Pensez-vous que cela pourrait changer nos paroles? Pensez-vous que cela changerait nos actions? Pensez-vous que nos pensées seraient différentes? Pensez-vous que cela aurait un effet sur ce qui nous entoure?

Vous voyez-vous assis avec Christ dans les lieux célestes (Ephésiens 2:6)? Paul l'a vu, et il prié pour que les Ephésiens puissent le voir. Quand le Seigneur m'a montré que j'étais ressuscité avec Christ et que j'étais assis (temps passé) avec Christ, pensez-vous que cela a changé ma façon de voir le monde? Absolument! Je ne regardais plus les choses depuis une « perspective terrestre », mais depuis un royaume céleste. Les choses paraissent décidément différentes quand elles sont vues d'en-haut.

Elisée voyait différemment, et c'est pour cela qu'il pensait, parlait, et se comportait différemment. Nous essayons si souvent d'adopter une certaine façon de penser, de parler et d'agir, dans l'espoir d'être victorieux. Si c'est là votre intention, alors vous avez déjà perdu. Si la victoire repose sur quelque chose que vous devez faire, alors vous ne serez jamais capable d'en faire assez. « Agir spirituellement » ne produit pas la victoire, car la victoire ce n'est pas ce que je fais ou ne fais pas: la victoire c'est Christ.

CELUI QUI EST EN VOUS EST PLUS GRAND

A nous qui sommes le Corps de Christ, il nous est dit « que Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. » Elisée a dit pratiquement la même chose à son serviteur. « Ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux. »

La situation est la même. L'apôtre Jean dit beaucoup de choses à propos de l'Antichrist, des fausses doctrines, et des faux enseignants. Il voit que l'Eglise est environnée d'une grande meute de loups qui veulent pénétrer au sein du troupeau et le réduire en pièces. Mais il a vu aussi, tout comme Elisée, que Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde.

Jean déclare que, quel que soit ce qui s'attaque à nous, Celui qui est en nous est plus Grand. Peu importe ce que nous ressentons, voyons, entendons, ce que les gens disent, ou ce que le diable fait. Peu importe que Lazare soit mort depuis quatre jours et qu'il commence à sentir. Peu importe que la fille soit morte avant que Jésus puisse aller la voir, ou que les vagues soient sur le point de faire chavirer le bateau. Peu importe que Paul soit lapidé et laissé pour mort. Lazare ressuscitera, la fille reviendra à la vie, la tempête se calmera et Paul prêchera à nouveau.

Le plus Grand est toujours le plus Grand, et le plus Petit est toujours le plus Petit. Nous n'avons un problème que lorsque nous voyons toutes les choses comme « plus grandes » et Christ comme « plus petit ». Rappelez-vous, la différence entre « hélas! » et « Ne crains point! » est dans le fait d'avoir les yeux ouverts. Quand nous regardons, que voyons-nous? Puisse le Seigneur ouvrir nos yeux pour Le voir tel qu'Il est!

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org

Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse

Source : http://connaitrechrist.net

Partager cet article
Repost0